Posts tagged ‘Les cavernes de Lan-Faer’

Les cavernes de Lan-Faer revisitées

4 Ruins of Hael-Ku P7 smallTout n’a pas encore été dit sur ce méga-solo pour lequel nous vous renvoyons à la fiche-produit.

Grimtooth n’arrête jamais de travailler sur les produits qu’il a déjà sortis, et les cavernes de Lan-Faer ont été testées plusieurs fois depuis la parution du livre.

Un groupe d’aventuriers à se mettre sous la dent figure à la fois en dernière page du solo et en téléchargement gratuit. Or, ce groupe comporte un sorcier armé d’un bâton magique (arme de 2D6 au corps-à-corps) et d’un scramasaxe (2D6 + 5). Son bonus d’attaque est de 4. Le bâton se manie à deux mains et c’est bien sûr son arme de prédilection, puisqu’elle l’aide en même temps à jeter des sorts. Par conséquent, son potentiel d’attaque est de 2D6 + 4 (2 dés d’arme pour le bâton, auquel on ajoute le bonus de combat de 4 points du sorcier). Si le sorcier ne se bat pas avec son bâton (parce qu’il l’a jeté, n’étant plus en mesure de lancer des sorts, par exemple, ou parce qu’il a été désarmé), il peut prendre son scramasaxe. Son potentiel d’attaque sera alors de 2D6 + 9 (2 dés d’arme et un bonus d’arme de 5 points pour le scramasaxe, auquel on ajoute le bonus de combat de 4 points du sorcier). Le sorcier ne peut pas se battre à la fois avec son bâton et le scramasaxe.

Les trésors amassés ont une grande importance dans cette aventure, sachant que, comme l’indique le paragraphe 203, « les armes et armures ne comptent pas dans le calcul de la valeur du butin amassé ». S’il est vrai que les armes trouvées sont présumées avoir été forgées pour des humains, rien n’empêche un ogre ou un troll de les manier : ne vous en privez pas, elles vous aideront à survivre. Et même, si votre FOR et votre DEX vous le permettent, n’hésitez pas à vous battre avec deux armes à la fois ! Pour les bijoux, considérez qu’ils sont toujours sertis de pierres polies. Il se peut que vous partiez tantôt avec quelques pièces de cuivre entre les mains, tantôt chargé de richesses inestimables. Dans le dernier cas, ne boudez pas votre plaisir !

Le livre décrit deux talents qui peuvent vous être utiles: assommer un adversaire et désarmer un adversaire. Il vous faudra au moins un talent de combat pour avoir une petite chance de survivre. Grimtooth vous offre ici une troisième possibilité: terrifier un adversaire. Ce talent, basé sur le CHR, permet de mettre en fuite ses adversaires à condition de réussir une MEP d’un niveau égal au double de leur nombre. La MEP doit être faite au début du tour de combat (TC). En cas de réussite, ils prennent donc tous la fuite. En revanche, en cas d’échec, la peur provoque en eux une montée d’adrénaline telle qu’elle double leur bonus de combat pendant le TC.

Exemple: Râvaack le troll des cavernes fait face à 5 aventuriers et ne se sent pas de taille à les vaincre. Qu’importe, il pousse un terrible cri de guerre et charge! Son charisme est de 39, et il a un talent pour terrifier ses adversaires pour lequel il a amené initialement un 1. Son talent se chiffre donc à 40. Pour mettre en fuite ses opposants, il doit réussir une MEP de ce talent au N5 (nombre-cible: 40). Facile! À moins d’amener 1 et 2 (un loupé), il devrait presque toujours réussir. Par contre, en cas d’échec, face à 5 adversaires, c’est la mort assurée, même si le doublement de leur bonus de combat ne dure qu’un seul TC. De plus, même s’il réussit à leur faire peur, il lui est difficile d’en tuer ne serait-ce qu’un seul (à moins de lancer quelque chose dans le dos au plus lent du groupe, ce qui impliquerait une MEP de la DEX au N2). Et alors, il n’y a pour Râvaack ni trésor ni repas…

Un dernier conseil : la progression est rapide dans Les cavernes de Lan-Faer, puisque l’augmentation d’un attribut de 1 point coûte seulement, en points d’expérience, le décuple de l’attribut à augmenter. Profitez-en pour augmenter en priorité votre fluide si vous êtes un troll, un ogre ou un balrogue engagé dans le « périple long » réservé à ces espèces. En effet, un FLU élevé dressera une barrière de protection contre les sorts adverses. Pour autant que votre FLU soit supérieur à celui du jeteur de sorts, il en sera réduit à vous combattre par les seules armes physiques… 😉

Publicités

Vos personnages gagnants

Merry Christmas

En l’honneur de Noël, voici un article que nous avions publié il y a quelque temps sur la retraite de vos personnages, article tout à fait dans la ligne de la carte de Noël de Simon Lee Tranter pour cette année, sur laquelle on voit un ancien aventurier recyclé en Père Noël 🙂

Joyeux Noël !

Comme tous les jeux, Tunnels & Trolls a ses gagnants et ses perdants, bien que la plupart des personnages (et donc des joueurs) se retrouvent quelque part entre ces deux pôles. Les perdants absolus sont ceux qui sont morts, c’est le pôle extrême négatif, bien qu’il y ait, comme nous l’avons vu, des manières d’atténuer les dégâts ou de donner à ce personnage une seconde vie. Les vrais gagnants sont ceux qui, non seulement survivent, mais atteignent les objectifs de l’aventure. À force, ces personnages gagnent en richesse et en puissance, montent ainsi en niveau, et parviennent finalement à des sommets. Que faire alors ? C’est ce que nous allons voir.

 Alors voilà : votre meilleur sorcier est devenu grand maître du Cercle et votre plus grand guerrier est devenu roi de Carésie. Qu’allez-vous en faire ?

Le dîner s'agite, on dirait !

Vous pourriez évidemment leur demander une place au Panthéon, ce monument de Khosht dédidé aux héros de la Terre des Trolls. Il suffirait alors de postuler en nous envoyant leur fiche à contact arobas tunnels-et-trolls.eu.

Mais vous pourriez peut-être quand même leur trouver une utilité plus active. D’autres aventures, de niveau plus élevé, les attendent. Ken St. Andre avait créé à cette fin son solo Agent of Death, dans lequel le personnage devait tout simplement entrer au service de Lerotra’hh, déesse de la mort et impératrice de Khazan, pour sauver la Terre des Trolls, rien que ça ! Qui sait, peut-être oserons-nous un jour le publier en français ? Plus modestement, il avait créé une autre aventure en solitaire, The Toughest Dungeon in the World, qui, remaniée et augmentée par ses soins, fut traduite en français par les nôtres pour devenir Les cavernes de Lan-Faer. Ce solo est si difficile qu’il est normalement réservé aux trolls des cavernes, aux ogres et autres minotaures, mais si vous avez un héros humain dans votre écurie personnelle, vous devriez l’y envoyer ! Dans un autre genre, et répondant à notre suggestion, notre ami JongJungBu avait écrit le solo Barony of Sanris, dans lequel le héros est appelé tout simplement à gérer son petit fief 🙂

 

Conan enchaînéUn personnage de haut niveau peut se permettre toutes sortes de fantaisies, à commencer par l’achat de terres et de châteaux, de navires, d’esclaves, de chevaux et autres animaux, d’armures et d’armes magiques incrustées d’or et émaillées, forgées par les meilleurs maîtres Nains dans du mithril, etc. Evidemment, tout cet étalage de richesse pourrait lui attirer toutes sortes d’ennuis et d’ennemis envieux, mais qui a dit qu’être riche et puissant était facile ? S’il dirige une guilde, il lui faudra compter avec les traîtres et les rivaux ; s’il est le seigneur d’un fief, on lui fera la guerre ou son suzerain exigera de lui l’accomplissement du service de l’host ; s’il est un grand sorcier, démons et demi-dieux lui courront après.

Finalement, il n’est pas rare qu’un roi soit destitué, voire assassiné, et qu’après avoir connu la gloire et la richesse, votre meilleur personnage se retrouve sans rien et aux abois… tout sera alors à recommencer !

Tunnels & Trolls, un jeu ouvert aux monstres

monsters_monsters_coverCe n’est pas d’hier que Tunnels & Trolls est un jeu de rôle « monster-friendly ». La sympathie de Ken St. Andre pour les monstres l’a même incité à créer, dès 1976, Monsters! Monsters! une version de T&T axée sur les monstres et dans laquelle les rôles traditionnels sont inversés : les « gentils » sont les monstres (orques, vampires, ogres et autres trolls) et les « méchants » sont les espèces humanoïdes telles les humains, les elfes, les hobbits, etc. De quoi choquer J.R.R. Tolkien et Robert E. Howard certainement !

Dans Tunnels & Trolls même, il est tout à fait possible de jouer un « monstre ». Le chapitre des règles consacré aux espèces indique les coefficients applicables à de nombreuses espèces réputées « monstrueuses ». La gamme des aventures n’est pas en reste, avec un solo axé sur les gobelins (Le Lac aux Gobelins), un méga-solo axé sur les trolls et les ogres (Les cavernes de Lan-Faer) et une aventure pour groupe prévue pour des trolls de la jungle (Les jungles-araignées de Boomshartak).

L’histoire même de la Terre des Trolls reflète la philosophie de Ken St. Andre, avec un empire régi par une sorcière mi-elfe, mi-orque et prônant l’égalité entre les espèces ! Il n’est donc pas rare de se faire servir sa bière par un ogre bicéphale dans une taverne de Khazan, et personne ne s’en offusquera.

Dès la première aventure en solitaire écrite pour Tunnels & Trolls (Château Bison, de Rick Loomis), les pistes sont brouillées, puisqu’il est tout à fait possible de tenter de faire ami-ami avec un troll plutôt que de le combattre. Oui, avec T&T, le dialogue interculturel est possible ! 😉

Bref, autant dire que, dans Tunnels & Trolls, il n’y a pas vraiment de monstres : on préfère raisonner en termes d’alliés et d’adversaires. Le monstre, c’est toujours l’autre ! Tunnels & Trolls baigne donc dans le relativisme culturel, puisque l’idée que les goules ou les harpies se font de la bienséance ne correspond certainement pas au savoir-vivre des elfes 🙂 Mais après tout, que dire de ces aventuriers qui n’ont de cesse que de piller et de tuer ? Sont-ils moralement en droit de le faire dès lors que seuls des « monstres » en sont les victimes ? En tout cas, toute cette diversité n’en rend le jeu que plus amusant ! Alors, inventez vos propres monstres, et ne vous arrêtez pas à leurs caractéristiques et à leur potentiel au combat : décrivez leur société, leur culture, leurs valeurs, abordez la question de leurs relations avec d’autres espèces, leur position politico-stratégique dans votre cadre de jeu, qu’il s’agisse de la Terre des Trolls ou d’un univers parallèle, etc. À vous de jouer !

Bouh !

Vos personnages gagnants

Comme tous les jeux, Tunnels & Trolls a ses gagnants et ses perdants, bien que la plupart des personnages (et donc des joueurs) se retrouvent quelque part entre ces deux pôles. Les perdants absolus sont ceux qui sont morts, c’est le pôle extrême négatif, bien qu’il y ait, comme nous l’avons vu, des manières d’atténuer les dégâts ou de donner à ce personnage une seconde vie. Les vrais gagnants sont ceux qui, non seulement survivent, mais atteignent les objectifs de l’aventure. À force, ces personnages gagnent en richesse et en puissance, montent ainsi en niveau, et parviennent finalement à des sommets. Que faire alors ? C’est ce que nous allons voir.

 Alors voilà : votre meilleur sorcier est devenu grand maître du Cercle et votre plus grand guerrier est devenu roi de Carésie. Qu’allez-vous en faire ?

Le dîner s'agite, on dirait !

Vous pourriez évidemment leur demander une place au Panthéon, ce monument de Khosht dédidé aux héros de la Terre des Trolls. Il suffirait alors de postuler en nous envoyant leur fiche à contact arobas tunnels-et-trolls.eu.

Mais vous pourriez peut-être quand même leur trouver une utilité plus active. D’autres aventures, de niveau plus élevé, les attendent. Ken St. Andre avait créé à cette fin son solo Agent of Death, dans lequel le personnage devait tout simplement entrer au service de Lerotra’hh, déesse de la mort et impératrice de Khazan, pour sauver la Terre des Trolls, rien que ça ! Qui sait, peut-être oserons-nous un jour le publier en français ? Plus modestement, il avait créé une autre aventure en solitaire, The Toughest Dungeon in the World, qui, remaniée et augmentée par ses soins, fut traduite en français par les nôtres pour devenir Les cavernes de Lan-Faer. Ce solo est si difficile qu’il est normalement réservé aux trolls des cavernes, aux ogres et autres minotaures, mais si vous avez un héros humain dans votre écurie personnelle, vous devriez l’y envoyer ! Dans un autre genre, et répondant à notre suggestion, notre ami JongJungBu avait écrit le solo Barony of Sanris, dans lequel le héros est appelé tout simplement à gérer son petit fief 🙂

Conan enchaînéUn personnage de haut niveau peut se permettre toutes sortes de fantaisies, à commencer par l’achat de terres et de châteaux, de navires, d’esclaves, de chevaux et autres animaux, d’armures et d’armes magiques incrustées d’or et émaillées, forgées par les meilleurs maîtres Nains dans du mithril, etc. Evidemment, tout cet étalage de richesse pourrait lui attirer toutes sortes d’ennuis et d’ennemis envieux, mais qui a dit qu’être riche et puissant était facile ? S’il dirige une guilde, il lui faudra compter avec les traîtres et les rivaux ; s’il est le seigneur d’un fief, on lui fera la guerre ou son suzerain exigera de lui l’accomplissement du service de l’host ; s’il est un grand sorcier, démons et demi-dieux lui courront après.

Finalement, il n’est pas rare qu’un roi soit destitué, voire assassiné, et qu’après avoir connu la gloire et la richesse, votre meilleur personnage se retrouve sans rien et aux abois… tout sera alors à recommencer !

Les cavernes de Lan-Faer

Lorsque les aventuriers parlent des lieux étranges qu’ils ont vus dans les cavernes de la Terre des Trolls, ils évoquent parfois l’histoire de la Forêt des Champignons Géants. On raconte qu’elle se trouve quelque part à l’est de Tharothar et que son accès est gardé par une puissante magie. La plupart disent que c’est un mythe. Aucun sorcier n’a jamais vu cette forêt.

Et aucun ne la verra jamais.

Les cavernes de Lan-Faer – Tel est le titre du nouveau méga-solo de Ken St. Andre qui se prépare pour la fin de l’année. Cette aventure géante pour personnages débutants de type guerrier et de niveau 5 maximum est idéale pour les jeunes trolls, les ogres encore imberbes, les minotaures au pelage doux… et pour des demi-orques particulièrement coriaces !

Il s’agit d’une aventure en solitaire « longue durée ». Si vous y envoyez un troll, un balrogue ou l’une de ces créatures terrifiantes, ce sera une véritable campagne de jeu, le but étant d’amasser un trésor d’une valeur d’au moins 10 000 pièces d’or. Votre personnage y fera de nombreuses rencontres toujours plus périlleuses, se perdra maintes fois dans le dédale de galeries et de grottes souterraines, et parviendra peut-être jusqu’à la légendaire Forêt des Champignons Géants, à moins qu’il ne découvre les ruines de la mythique cité engloutie de Lan-Faer, ou encore le lac du mal absolu… Si vous y envoyez un ogre, celui-ci sera lâché directement dans la Forêt des Champignons Géants pour accomplir le rite d’initiation à l’âge adulte. Le point d’entrée sera le même si vous y envoyez un personnage de taille raisonnable, peut-être un Nain ou un demi-orque.

Achale-moué pâs !

(c) 2012, Simon Lee Tranter

Cette aventure est vivante et évolutive en ce sens que les personnages rencontrés y deviennent de plus en plus puissants. De plus, s’il s’agit d’aventuriers, c’est vous-même qui les créerez. Pour vous aider et vous faire gagner du temps, vous trouverez de nombreux tableaux et même 6 cartes de personnages prêtes à l’emploi, que nous mettrons également en ligne gratuitement sur ce site pour que vous puissiez les imprimer et les découper. Comme ces personnages évolueront, vous aurez certainement besoin de les imprimer plusieurs fois.

Il s’agit en fait d’un double solo. Au départ, en 1980, Ken St. Andre eut l’idée de concevoir une aventure en solitaire particulièrement difficile dans laquelle il serait possible de jouer un troll et de le faire vivre dans un monde souterrain, face à d’autres monstres et à des aventuriers humanoïdes. The Toughest Dungeon in the World était né. 25 ans plus tard, Ken décida d’écrire une suite à cette aventure qui se déroulerait encore plus en profondeur et conçut le solo Strange Destinies, qu’il fit publier de manière indépendante de la première partie, mais avec l’objectif de les relier un jour en un seul méga-solo. C’est maintenant chose faite et, une fois de plus, nous sommes fiers de présenter au public francophone un produit inédit en anglais, réunissant pour la première fois les deux niveaux en une seule aventure.

Le livre, entièrement écrit par Ken St. Andre, fera environ 90 pages et comprendra une description complète de la région du bassin khazanais accompagnée d’une carte, l’explication de 2 talents de combat qui pourront vous être très utiles, un article complet sur les trolls, une présentation détaillée de la Terre des Trolls, et plus d’une cinquantaine d’illustrations intérieures signées Simon Lee Tranter. Un vrai régal !… et de quoi alimenter peut-être une aventure à jouer en groupe.

Mais ce solo est particulièrement exigeant. Il contient même des règles sur le sommeil et les repas de votre personnage, tant il est prévu pour durer. Vous devrez tenir un compte exact du temps passé dans les profondeurs (nombre de tours de jeu) et il vous est chaudement recommandé de garder trace des endroits par lesquels vous passez afin d’éviter de trop tourner en rond. Dans ces tunnels tortueux, point de repères ni de cartes. Seule la mémoire de votre personnage lui permettra de s’en sortir (simulée par le joueur en notant les paragraphes traversés). Mais laissons le dernier mot à l’auteur lui-même :

Je ne m’attends pas à ce que vous gagniez. En fait, j’ai tout mis en œuvre pour que votre personnage n’en sorte pas vivant, y compris en recourant aux manœuvres les plus déloyales, par exemple en donnant des pouvoirs magiques à vos adversaires, mais pas à vous. Ils peuvent également être équipés d’armes enchantées que vous ne pourrez vous arroger que par la force et par la ruse.

Enfin et surtout, cette aventure est si périlleuse qu’elle renferme un ennemi absolument terrifiant. Avec de la chance, vous ne tomberez jamais dessus.

Tunnels & Trolls de nouveau dans Casus Belli

Casus Belli 4 est déjà disponible en version électronique pour les abonnés

Tunnels et Trolls est de nouveau à l’honneur dans le 4e numéro de la nouvelle formule du célèbre magazine de jeu de rôle.

Cette fois-ci, Casus Belli parle (en des termes très favorables) de Tunnels & Trolls 8, l’édition française, auquel il consacre 4 pages.

Merci à Casus, dont les quelques suggestions et critiques seront dûment prises en compte !

Notamment, le magazine déplore le caractère trop succinct de la description des espèces dans les règles. Pour commencer, nous vous promettons un article détaillé sur les gobelins dans notre prochain solo, Le lac aux gobelins, et un article encore plus détaillé sur les trolls, complété par une description générale de la terre des trolls, dans le méga solo que nous comptons faire paraître avant la fin de l’année : Les cavernes de Lan-Faer.

Nos projets pour fin 2012/2013

Vous ne perdez rien pour attendre !

Tandis que la 2e aventure en solitaire, Le lac aux gobelins, s’annonce pour la fin du mois d’août, nous préparons un méga-solo : Les cavernes de Lan-Faer, pour Noël 2012. Cette nouvelle aventure en solitaire de Ken St. Andre est particulièrement mortelle, même si elle s’adresse aux trolls des cavernes, aux ogres et aux balrogues en priorité. Vous pourrez toujours y lancer vos frêles humains et vos ridicules elfes, voire des Nains ou des hobbits, pendant qu’on y est… ils feront sans doute les délices des habitants des profondeurs… 🙂

Pour 2013, nous prévoyons une ou deux aventures pour groupe inédites, puisqu’il s’agira de productions françaises. Nous vous en dirons plus le moment venu !

Nous n’oublions pas les classiques : Bear Peters, auteur du célèbre Dungeon of the Bear et du non moins célèbre Dungeon of Doom (dans la série des pièges de Grimtooth) nous a promis une version revue et améliorée de Catacombs of the Bear Cult, à laquelle collaborera probablement Liz Danforth. Une fois de plus, le public francophone sera mieux servi que les fans anglophones :-). Vous en apprendrez un peu plus sur le culte de l’ours et sur les résistants de Khosht à l’empire de Khazan.

Côté solos, pour 2013, nos projets sont plus modestes, puisque nous n’envisageons la production que d’un seul solo, mais un solo de taille ! Il s’agit de Dark Temple, de Stefan Jones, l’un des meilleurs solos jamais écrits pour Tunnels & Trolls. Là encore, nous comptons bien obtenir quelques améliorations en collaboration avec l’auteur.

En attendant, n’hésitez-pas à créer vos propres solos et modules et à nous les soumettre. Si vous avez créé un site sur Tunnels & Trolls, nous serons ravis de l’ajouter à notre liste de liens. Pour cela ou pour toute autre question, il suffit de nous contacter.

%d blogueurs aiment cette page :