Tunnels & Trolls est connu pour être l’un des rares jeux de rôle (et certainement le premier d’entre eux) à permettre de jouer un « monstre », que ce soit un orque, un troll, un homme-squelette, etc… ou un gobelin.

Du point de vue de Lerotra’hh, impératrice de Khazan et déesse de la mort auto-proclamée, les « monstres » n’existent pas. Il faut dire aussi, pour la petite histoire, que Lerotra’hh est à moitié elfe et moitié orque, avec une tendance orque dominante, ceci pouvant peut-être expliquer cela… Chacun des camps opposés voit l’histoire à sa manière, sur la terre des trolls comme ailleurs. Ainsi de la guerre qui opposa l’empereur Khazan à Lerotra’hh entre 640 et 666 A.K. (A.K. = après l’avènement de Khazan sur le trône) : les peuples dits « bons » (humains, elfes, nains, hobbits, lutins et fées) l’appellent « guerre d’oppression », tandis que tous les autres ou presque (les « monstres ») l’appellent « guerre de libération »… Depuis la victoire de Lerotra’hh, les monstres sont devenus majoritaires dans toutes les villes situées au nord du Grand Escarpement, vivant sur un pied d’égalité avec les humains. Tel n’est cependant pas le cas au sud, dans la région de Knor et de Khosht, et donc dans celle du lac aux gobelins.

Un héros gobelin

La couverture initiale de Simon Lee Tranter

Le lac aux gobelins est la première aventure en solitaire spécialement conçue pour un gobelin. Vous pouvez aussi y envoyer un petit humanoïde, mais sachez que ce solo fait la part belle aux gobelins. Ce mini-solo a été modifié et quelque peu étendu par Ken St. Andre dans une version inédite, que nous allons vous proposer en français avec une petite histoire des gobelins de la terre des trolls et quelques cartes. Vous découvrirez ainsi davantage la terre des trolls, dont vous avez eu un petit aperçu dans À la poursuite du serpent d’argent et dans Le Nain Ivre. De plus, le lac aux gobelins, situé non loin de Khosht, entretient des liens secrets avec Château Bison, vous verrez comment. L’équipe de production est la même que pour À la poursuite du serpent d’argent : M. E. Volmar pour la maquette et Simon Lee Tranter pour la couverture et les illustrations. Simon avait fait pour la version précédente de ce module une couverture peut-être un petit peu trop épique, où l’on voit deux héros gobelins braver les tentacules d’une pieuvre géante. La réalité est tout autre, comme vous le verrez, et sa nouvelle couverture se rapprochera beaucoup plus de la vision qu’en donne Ken St. Andre🙂