Un lutin, à quoi ça sert ? Hein, franchement ? À part faire rire la galerie, peut-être.

Qui oserait envoyer un avorton à la poursuite du serpent d’argent ou dans les cavernes de Lan-Faer ? Vous voyez un minus de 45 cm affronter un ogre ou défier ne serait-ce qu’un gobelin ?

D’ailleurs, les lutins, personne n’en veut, pas même la Guilde des Sorciers, alors que tout lutin est un sorcier né, comme chacun sait. Et comme si ça ne suffisait pas, la plupart des aventures en solitaire leur sont fermées.

Les règles enfoncent le clou : « les lutins sont un peuple aux mœurs essentiellement pacifiques » et « aucun lutin n’est capable de manier une arme plus grande qu’un poinçon de cordonnier ou un couteau de cuisine ». Alors, les lutins, un canular ?

Que nenni !

Premièrement, réduire un lutin en bouillie n’est peut-être pas un exploit, mais encore faut-il pouvoir lui mettre la main dessus. Or, comment voulez-vous faire avec des gars capables de se téléporter en sécurité dès que vous vous approchez ?

Vous penserez peut-être qu’à la limite, un lutin peut trouver sa place dans un groupe, encadré par des Nains bardés de fer et par des elfes irradiant la puissance magique. Le lutin serait alors cantonné à un rôle de joker prêt à bondir à l’improviste sur l’ennemi pour lui crever les yeux d’une aiguille à tricoter ou lui souffler de la poudre urticante au visage. Sans compter qu’un lutin peut toujours lancer une malédiction ou un couteau par-ci par-là.  Mais un lutin en solo? Avec sa frêle constitution, il n’ira pas bien loin, pensez-vous.

Une lutine mutine

On parle de lutins, mais n’oublions-pas les lutines🙂
(c) 2012 Sébastien Dardenne

Ce serait oublier qu’un lutin s’appuie  avant tout sur ses pouvoirs magiques – et que la Guilde des Sorciers ne refuse plus désormais de prendre des lutins comme apprentis (une innovation de la dernière édition des règles). En effet, leur espèce a été admise dans l’alliance contre les monstres en 260 avant l’avènement de Khazan sur le trône de l’empire, soixante ans avant les fées. Or, l’archimage Khazan (un elfe, c’est-à-dire un cousin de lutin) étant à la fois l’instigateur de ce pacte et le fondateur (en 400 après son avènement) de la Guilde des Sorciers, il aurait été mal venu que celle-ci soit fermée aux lutins. Un lutin commence donc sa carrière avec tous les sorts de 1er niveau en poche.

Ken St. Andre a écrit jadis que « Comme les hommes refusent d’admettre les lutins dans la Guilde des Sorciers, la rumeur raconte qu’ils ont fondé leur propre académie de magie, développant les arts occultes dans une direction entièrement différente, tant et si bien qu’on parle de magie lutine, dont les sorts ne sont connus que des lutins ». Ken écrira peut-être un jour un article sur cette magie si particulière. En attendant, on peut tranquillement considérer que tous les lutins sont bienvenus dans les écoles de sorciers classiques de la Terre des Trolls.

Et puis, non, les lutins ne sont pas de frêles créatures. Si vous jetez un coup d’œil au tableau des coefficients pour les espèces principales du livre des règles, vous verrez que leur seul point faible est la force (FOR/2). Pour les autres attributs, tous leurs coefficients sont égaux ou supérieurs à 1. Cette faiblesse ne les handicape même plus pour jeter des sorts, puisque c’est  maintenant (avec la dernière édition des règles) le kremm ou fluide qui permet l’usage de la magie.

Certes, une FOR basse ne rend guère le maniement des armes facile, mais, encore une fois, c’est la magie qui fait la force des lutins, et non les armes. De plus, un lutin peut se servir de la plupart des dagues. Par exemple, un lutin devrait pouvoir manier une miséricorde (2D6 + 1) dans la main gauche et un katar (2D6 + 4) dans la main droite avec une FOR de seulement 2 points. Cela ne l’empêchera pas de porter un anneau magique comme support de concentration pour réduire le fluide nécessaire à ses incantations. Pour ce, un simple anneau de laiton et un Abracadabra suffisent : pas besoin de se ruiner.

Encore un mot sur les armes. Même les meilleurs sorciers peuvent avoir épuisé leur fluide au point de devoir recourir aux armes vulgaires pour defendre leur peau. Le lutin a-t-il alors d’autres choix que de se servir de dagues?

D’abord, il faut rappeler qu’il est tout à fait possible à n’importe quel sorcier, lutin ou non, de lancer un sort et de se servir d’une ou plusieurs armes au cours du même tour de combat, à condition que ces armes valent au maximum deux dés au combat (plus l’éventuel bonus d’arme).

Le lutin dispose d’un choix relativement large. Outre les dagues, déjà évoquées, il peut recourir à des bolas de guerre,  à une fronde, à une sarbacane et à des dards empoisonnés, ou à un ankus (un lutin à dos d’éléphant, ça doit tout de même avoir de la gueule, non ?). Bien sûr, les lutins peuvent jeter des chausse-trapes sur le sol puis se téléporter dans un endroit sûr. Enfin, n’oublions pas qu’un lutin pourrait se servir d’une petite arme à feu telle une pistole ou un pistolet de bandit de grand chemin, armes qu’affectionnent leurs cousins les farfadets (qui ne sont que des lutins de vert vêtus qui parlent avec un drôle d’accent)…

Maintenant que voilà votre lutin bien armé et prêt à lâcher ses sorts facétieux sur la Terre des Trolls, il ne vous reste plus qu’à lui trouver des compagnons ou à l’envoyer s’aguerrir dans une aventure en solitaire ouverte aux sorciers, ce qui sera bientôt possible avec notre traduction à venir de Dark Temple.

Bref, on ne badine pas avec les lutins !